Robopoïèses : les intelligences artificielles de la nature

English | Français

Robopoïèses: les intelligences artificielles de la nature André Ourednik, 2021, « Robopoïèses : les intelligences artificielles de la nature », La Baconnière, Genève.

Un essai qui remet en question le confinement du champ de l'intelligence artificielle dans le domaine décisionnel. En considérant l'artificialité fondamentale de toute forme de pensée collective, à commencer par le langage lui-même, l'auteur montre que la parole, comme tout système symbolique matérialisé, apparaît comme une construction artificielle qui médiatise le rapport à la nature.

Commander en ligne

Par lalibrairie.com qui fédère 1660 librairies et diffuseurs de presse en France

Par ISBN 978-2-88960-037-3 (recherche de libraires avec Google)

Écouter la performance sonore "Roboraisons Robopoïèses"

Recensions et commentaires

« Entre le poète et la machine, il y a André Ourednik... l’écrivain ne cesse de repenser le monde à l’aune du numérique, de son omniscience qui reconfigure notre rapport au réel et à la mémoire. ... C’est une autre histoire de l’intelligence artificielle qu’il déploie ici, dont le berceau ne se situerait pas dans la vallée du silicium mais aux temps primitifs de l’apparition du langage. En envisageant l’IA dans une perspective plus englobante, celle des «artifices à penser» qui ne se réduisent pas aux circuits imprimés, l’auteur passe de la Mésopotamie antique au Jeu de la vie de Conway, du nombre d’or aux méganombres védiques, des formules magiques sur carapaces de tortue aux algorithmes artistes. Marqueterie érudite, littéraire, philosophique, mathématique et informatique, où se dessine la perspective d’une IA autonome assez créative pour nous réconcilier avec la nature. Dense et stimulant. » Thierry Raboud, La Liberté, 20 mars 2021.

« André Ourednik n’est pas seulement l’un des rares auteurs de Suisse romande à narrer dans ses écrits des dystopies très documentées, il est aussi ce scientifique capable de vous décrire une fractale de l’évolution végétale. Dans son dernier essai, en aristotélicien mâtiné d’ingénieur numérique, il poétise un processus sans fin depuis le développement monstrueux de l’encéphale humain: l’intelligence artificielle, c’est-à-dire capable d’artefacts, de combinaisons artistiques. Beau voyage prolongé par une création sonore en ligne. » CC, QWERTZ #64, RTS-Culture, 3 avril 2021.

Citations et critiques sur Babelio.com