Pour qu’un personne ne connaissant pas la région que vous cartographiez puisse mieux s’orienter, il vaut la peine d’utiliser un encart,  ce qui est possible dans le “print composer“. Il suffit, pour cela, d’ajouter deux cartes différentes.

Lors de la création d’encarts, il est souvent pertinent de changer d’implantation. Pour identifier les bâtiments à l’échelle locale, par exemple, utilisez des polygones montrant l’extension de bâtiment plutôt que des points qui flottent quelque part à l’intérieur.

À l’échelle de la ville entière, par contre, ces polygones sont excessivement détaillés. L’implantation ponctuelle des symboles devient appropriée. Les couleurs des points étant difficiles à distinguer, n’hésitez pas à utiliser des annotations (labels) .
Pour éviter que les polygones des bâtiments ne s’affichent dans la carte à grande échelle (c’est à dire à “petite échelle”, si on utilise la terminologie des cartographes classiques, 1:80000 sur la carte de gauche ), vous pouvez limiter la visibilité des couches ainsi:

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *